Le féminisme et les hommes

En faisant des recherches pour préparer mon tour du monde féministe, j’ai vu que pour le Rwanda ou pour la Norvège, pays bien placés sur les classements d’écart des genres, le rôle des hommes dans la mise en place de l’égalité était cruciale. Or, aujourd’hui en France, les hommes semblent complètement inexistants, comme s’ils n’avaient aucun rôle à jouer. Lorsque je voulais m’investir plus et intégrer une association féministe, j’ai découvert avec beaucoup de regret qu’il existait un nombre très limité d’association féministe non misandre.

A l’instar d’Emma Watson, lors de son discourt aux nations unis en 2014 pour le lancement de HeForShe, j’aimerai faire un point sur la place des hommes concernant les questions d’égalité des genres car le féminisme est pour moi un combat pour les droits de l’Homme, avec un grand H. Parce qu’en six ans,malgré HeForShe, les choses n’ont pas forcément évoluées aussi vite qu’on l’aurait espéré.

 « Les Hommes naissent libres et égaux en droits »

Déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen

« Je suis féministe » pourquoi cette phrase fait elle peur ?

Lorsque je dis autour de moi que je suis féministe, soit je suis en présence de femmes elle-même également féministes ( très rarement des hommes) et dans ce cas-là, ça ne choque pas. Mais, ce n’est pas le cas plus fréquent. Généralement, quand je dis que je suis féministe, hommes ou femmes sont gênés et/ ou ne comprennent pas.

Je pense que ces réactions sont en réponse à deux choses: un manque de connaissance sur le sujet, une méconnaissance de la définition même du féminisme et une image déformée du féminisme par un certain nombre de mouvements violents souvent misandre.

Définition du féminisme

Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées philosophiques qui ont pour but de définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique entre les hommes et les femmes. L’objectif du féminisme est d’abolir les inégalités entre les hommes et les femmes, dont les femmes en sont les principales victimes.

Prenons un petit moment sur cette définition car elle est à la base du concept.

« Le féminisme est un ensemble de mouvements »

Il n’existe pas une seule façon d’être féministe, il en existe beaucoup, suivant le pays, la culture etc. Par contre, l’objectif de toute personne féministe est l’égalité de droit entre les hommes et les femmes. Les FEMEN ou les Myke menn norvégiens sont tous deux féministes, mais leurs moyens d’actions sont diamétralement opposés.

« L’égalité [..] entre les hommes et les femmes »

Comme je l’ai déjà dit dans mon article sur l’Islande, l’égalité de droit qui est défendue par les féministes est un concept qui implique que malgré les différences que l’on va observer chez des individus, ces derniers auront tous les mêmes droits. Cette valeur repose sur des idées de justice et d’équité.

« Abolir les inégalités […] dont les femmes en sont les principales victimes »

Dans un premier temps, intéressons-nous à l’abolition des inégalités. Le terme abolir peut être vu avec sa définition juridique qui est d’abroger, de supprimer. Donc en ce sens, cela revient à apporter une justice, une équité de droits.

Le féminisme recherche la justice, l’équité entre les hommes et les femmes.

Par la suite, j’aimerai attirer votre attention sur la dernière partie de la phrase. Les femmes sont les principale victimes oui, mais pas les seules !

Une victime est une personne qui subit les injustices ou qui souffre. Que l’on soit un homme ou une femme, le sexisme créé des injustices, fait souffrir et cela est inacceptable.  

Voilà je pense que maintenant que nous avons bien décortiqué la définition, il est possible de discuter car toute l’analyse qui suit repose sur les concepts d’égalité de droit, de justice et d’équité.

Conséquence de féminismes violents

Je crois que si le terme féminisme fait peur, c’est que derrière ce mot l’on attache l’image des FEMEN, de femmes violentes, castratrices, blessées qui en veulent aux hommes, etc.

Je peux comprendre la souffrance, cette colère, je l’ai moi-même vécue et la vie encore. Mais cette souffrance ne me définit pas et je n’ai pas envie de blâmer qui que ça soit, je veux juste que la justice soit enfin faite, que les coupables d’actes inacceptables soient jugés. Et cela qu’ils soient hommes ou femmes. Je pense que la loi du talion, « œil pour œil, dent pour dent » n’est pas une justice mais une vengeance.

En 2014, il y avait eu un mouvement important anti-féministe, dans la BD de Muriel Douru celle ci explique le pourquoi le féminisme est devenu impopulaire. Personnellement j’aime bien cette BD, mais l’auteure a reçu beaucoup de blâme pour celle-ci.

BD de Muriel Douru

Aujourd’hui quand je discute avec des hommes de féminisme (les chiffres ci dessous sont approximatifs):

  • 80% des cas la discussion est extrêmement crispée et mon interlocuteur attend le moment fatidique où je vais lui jeter la pierre. Et généralement, il est très surpris que je ne l’ai pas agressé ( #mentrash );
  • 30% ne comprennent pas pourquoi aujourd’hui encore les femmes en France se « plaignent »;
  • 10% ne se sentent pas concernés et pense que le féminisme, c’est un problème de femmes.

De cela j’en tire 3 conclusions :

  • Même si du côté des femmes il y a beaucoup de communication sur le sexisme et les inégalités hommes/femmes, beaucoup d’hommes sont peu informés. Ce manque de sensibilisation peu avoir plusieurs origines :
    • Ils ne cherchent pas à avoir l’information puisque certains ne se sentent pas concernés ;
    • quand ils essaient de s’informer, parce qu’ils pensent que c’est effectivement important , ils se font agresser et insulter.
  •  Il y a une fausse croyance sur le fait que les inégalités hommes/femmes soient justes un problème de femmes. Le sexisme a plusieurs facettes et il est important de ne négliger aucune d’entre elle si nous voulons pour demain un monde plus juste, un monde paritaire.
  • Le féminisme est aujourd’hui synonyme de quête de vengeance où certaines femmes utilisent l’étendard du féminisme pour déverser leur haine et leur colère. Ceci a, de mon point de vu, la conséquence de polariser encore plus le monde entre d’un côté les hommes et de l’autre les femmes. Pire encore, cette quête de vengeance plutôt que de justice entraîne une décrédibilisation de ce qu’est réellement le féminisme.

Quelques hommes féministes célèbres

Je crois que pour obtenir l’égalité et que celle-ci soit durable, il faut la construire ensemble, homme et femme contre un carcan social vétuste, et non contre les hommes. De nombreux hommes ont contribué à l’égalité homme/femme et j’aimerai ici leur rendre hommage.

Ces hommes féministes sont plus nombreux qu’on ne l’imagine. Je ne parlerais que de quatre d’entre eux,car il me faudrait beaucoup plus qu’un article pour faire une liste à peu près exhaustive des hommes ayant participer au féminisme.

Quasim Amin

Quasim Amin, né en 1865. Ce penseur Egyptien du XIXème siècle est reconnu comme l’un des précurseurs du courant féministe arabe.   Dans son livre « La libération de la femme » écrit en 1899, il explique que l’éducation et l’autonomie des femmes est signe de modernité et que le statut de la femme au sein d’une société reflète le niveau de civilisation atteint.

Gandhi

Pas besoin de présenter cet homme fervent défenseur de la non-violence et de l’indépendance de l’Inde.

« Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. »

Gandhi

Tenzin Gyatso autrement appelé le Dalai Lama

Prix nobel de la Paix en 1989 et fervent défenseur de la non-violence, le 14ème Dalai Lama est également un fervent défenseur du féminisme et de l’écologie. J’ai beaucoup aimé son interview ici

Denis Mukwege

Gynécologue et défenseur des droits humains, cet homme est surnommé « l’homme qui répare les femmes ».  En 2018, il reçoit avec Nadia Murad le prix Nobel de la paix pour leurs efforts pour mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre.

« Lorsqu’une femme n’ose pas parler de son viol, car elle le considère comme un tabou, elle protège son bourreau. Son silence multiplie les risques de nouveaux viols. Mais si elle réussit à briser son silence, la honte changera de camp et l’agresseur saura que son crime ne passera pas inaperçu, qu’il sera jugé et condamné. Cela changera complètement la donne.

Les décideurs politiques doivent faire montre de fermeté dans le combat contre l’impunité pour de tels actes. Nous n’irons pas loin si la volonté politique n’est pas au rendez-vous ! Les femmes se sont beaucoup battues ces cent dernières années pour obtenir des droits, mais les lois et résolutions internationales sont impuissantes si les mentalités ne changent pas. L’égalité entre les hommes et les femmes n’est possible que si elle devient une évidence dans nos esprits. »

Denis Mukwege, Interview UNESCO

Je vous encourage à lire l’interview de ce monsieur ici elle est vraiment poignante et je vous assure qu’on ne peut que lui être reconnaissant pour ce qu’il accompli au quotidien.

J’espère que cet article vous aura plu, ou du moins vous aura fait réfléchir sur le féminisme, le rôle des hommes pour l’égalité homme-femme. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, commentaires ou analyses.

Bonne route !

Un avis sur « Le féminisme et les hommes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :