Voyager léger

« Pour voyager heureux, voyagez léger » disait Saint-Exupéry. Mais en quoi se déplacer avec un moins d’affaires contribuerait à mon bonheur ? Pourquoi devenir un fidèle du périple minimaliste ?

Aujourd’hui, je vous propose une réflexion autour de cette « nouvelle » mode d’expédition, qui décroche de plus en plus d’adeptes.

Pour ma part, j’ai toujours voyagé en suivant cette philosophie. Outre le gain économique non négligeable, j’aime la liberté et la résilience qu’offre la perspective d’une excursion en sac à dos.

La première fois que j’ai pris l’avion pour aller en Californie, je n’avais qu’un bagage cabine: mon bon vieux sac à dos gris avec mes affaires pour les 15 jours de séjour. Lorsque je suis arrivée avec 6h d’avance à l’aéroport, morte de peur pour ce premier voyage, je découvre avec terreur que mon vol aurait du retard et que je raterai ma correspondance. Les hôtesses du comptoir m’annoncent qu’il existe un autre vol qui me permettrait d’arriver à temps. Après un passage éclair à la sécurité, je patiente devant ma porte d’embarquement. Quand tout à coup, j’entends mon nom appelé dans les hautparleurs. Je me dirige donc vers le « desk » où l’on m’apprend que ce nouveau vol aurait encore une fois du retard, mais qu’il restait une place sur le vol direct qui partait sur le champ. Sans hésiter, j’ai pris ce vol direct pour San Francisco. Je ne m’étais alors jamais sentie aussi chanceuse de toute ma vie. Aurais-je pu faire cela avec une caravane de valises ? Certainement pas.

Un autre point que j’apprécie énormément dans le voyage léger c’est qu’on se focalise sur l’essentiel. On emporte le matériel vital. Le reste est superficiel et remplaçable. Je trouve que ça permet de mieux accueillir les nouveautés que l’on découvre. En effet, si l’on part avec « sa maison », alors on ne court pas le monde pas de la même façon. Le voyage nous change, et c’est bien. Il laisse des traces dans nos mémoires, dans nos consciences et dans nos cœurs. Quand on revient de voyage, on emporte avec nous un petit quelque chose de là-bas. Comment peut-on rapporter des choses si nous sommes déjà trop chargés ?

Quand on part juste avec son sac et que l’on marche plusieurs jours avec le poids de ses affaires, de ses décisions, on réfléchit différemment. On gagne en pragmatisme et en simplicité. Lors de notre séjour au Népal, nous avons choisi avec mon conjoint de voyager comme cela. De partir avec un sac à dos pour faire le Poon Hill et de les porter jusqu’en haut des 3 210 m. Pendant cette randonnée, nous avons rencontré un groupe de Néerlandais venu pour faire de l’humanitaire, leur trek devait servir à financer une école. Quand j’ai regardé leurs sacs, ces derniers étaient très (trop) remplis. Ils avaient emmené des instruments de musiques, des bières, et que sais-je encore.  Leurs sacs étaient portés par des Sherpas, des enfants de 15-16 ans. Auraient-ils chargé autant leurs sacs s’ils les avaient portés eux-mêmes ? N’ont-ils jamais vu l’ironie de la situation? « Voyager léger », ça représente pour moi le fait d’assumer ses choix, d’être responsable de ses décisions, d’être plus humain.

Et vous, comment voyagez-vous ? Êtes-vous un(e) adepte du voyage léger ? Avez-vous des anecdotes à ce sujet ?

Un avis sur “Voyager léger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :