Quel(le) féministe êtes-vous?

Féminisme égalitaire, radicale, universelle, de couleur, intersectionnel, anarchiste, post-moderne, pro sexe, pop, différentialiste, etc. Je ne sais plus du tout où donner de la tête dans tous ces mouvements. Pourquoi nous mettre encore dans des petites boîtes, hein ?

Après plusieurs débats sur le féminisme, j’ai compris que si l’objectif est toujours le même, les valeurs que nous défendons sont différentes ce qui crée autant de divergence au sein d’une même doctrine.

Lors de mes recherches sur les divers courants, j’ai découvert un site qui propose un test pour connaître quelle féministe nous sommes. Les résultats sont donnés sous la forme d’un diagramme en étoile. J’ai trouvé ce site intéressant, mais il manquait un petit quelque chose.

Qu’est-ce qui crée réellement ces divergences ? Tous ces mouvements sont-ils si éloignés ?

Valeurs principales du féminisme

L’équité

Il s’agit des mouvements représentés en bleu : Myke Menn, le féminisme universaliste ou pop.  Ces différents mouvements ont comme dénominateur commun la volonté d’avoir une équivalence de droit entre sexes.  On va les retrouver dans la lutte pour les congés parentaux, l’accès aux femmes à la contraception et à l’IVG.

Dans ces organisations, il n’y a pas de distinction par rapport au genre, à l’ethnie, la religion ou la classe sociale.

« La priorité du féminisme est de défendre les intérêts individuels et collectifs des femmes avant les intérêts de classe ou de communauté. »

La liberté

Je vous propose ici les mouvements représentés en vert : les féministes prosexes et intersectionnels.

Ces féminismes sont orientés vers la reconnaissance des libertés individuelles. Dans ces deux mouvements, il y a par exemple des notions d’enfermement dans des stéréotypes ou bien de la liberté de choix (choisir de porter un décolleté ou un hidjab).

« si on enferme les femmes dans des stéréotypes comme la sensibilité et le romantisme et les hommes dans ceux de la performance et de la domination, cette vision se perpétue dans la vie de tous les jours. » 

Le respect et la promotion de la différence

Cette dernière catégorie, en jaune, s’intéresse aux féminismes de communauté, aux mouvements qui mettent en avant les différences. Certaines se regrouperont, car elles sont victimes d’autres oppressions que le sexisme (racisme, homophobie, etc.), d’autres diront que la distinction biologique des femmes les pousses à revaloriser leurs propres qualités. Ces mouvements sont généralement non mixtes et communautaires.

Quelques incompatibilités

Beaucoup de gens ne se disent pas féministes, à cause des contradictions de cette doctrine. Les médias nous présentent souvent les extrêmes, les querelles qui font couler de l’ancre. Pour ma part, j’ai identifié deux principaux paradoxes au sein du féminisme.    

Pro sexe vs différentialiste

Les deux peuvent trouver un point d’entente sur le respect et la diversité des corps. Le point qui me parait le plus incompatible est celui du stéréotype.

Les prosexes luttent contre toute forme de stéréotype sexuel qui va nourrir la domination du patriarcat. À l’opposé, le féminisme différentialiste indique qu’il existe des valeurs féminines et qu’il devrait prendre le fonctionnement des femmes, lié notamment au cycle et à la maternité, comme point de départ.

Le second est le schisme entre les deux visions du féminisme où l’on retrouve le syndrome de la « Madone et la putain » . Les différentialistes souhaitent utiliser la maternité, objet d’aliénation pendant des milliers d’années, comme source d’émancipation. À l’inverse, les prosexes pensent que pour déconstruire les clichés sur la sexualité (des hommes et des femmes), il faut se saisir des pratiques dites masculines pour mieux les détourner et aller vers l’égalité.

Universaliste vs intersectionnel

Les universalistes sont les féministes de la première vague, elles défendent le droit des femmes en ne prenant pas en compte la diversité de chacune. À l’inverse, les intersectionnels militent pour une prise en compte de la diversité afin d’obtenir les libertés individuelles. Un exemple parfait est la position autour du hidjab. Pour les universalistes, une femme qui porte un hidjab est une opprimée. Pour les intersectionnels, cette femme fait le choix de le porter et il faut respecter cela.

Pour conclure, je pense qu’il y a autant de féminismes différents que de combinaison de valeurs morales. Comme le disait Chiamamnda Adichie, «  We should all be feminists » le reste, c’est de la politique.

Et vous,quel(le) féministe êtes-vous? Vous sentez-vous plus ou moins proche de l’un des mouvements présentés ? Que pensez vous des divergences au sein du féminisme?

7 commentaires sur « Quel(le) féministe êtes-vous? »

    1. De rien 🙂 C’est une excellente question! Des différentes lectures que j’ai pu avoir, je pense que ça serait dans la catégorie jaune, plus proche des différentialiste, car beaucoup d’écoféministe font le parralèle entre la féminité et la « terre mère ».
      Après tout dépend comment tu conceptualise l’écoféminisme.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :