Arabie Saoudite: Wadjda

Pour ce tour du monde féministe, il me semble important de m’arrêter en Arabie Saoudite, pays considéré comme « le plus machiste du monde ». Jusqu’en 2018, les femmes n’avaient pas le droit de conduire de voiture.

De plus, ce film s’intègre parfaitement avec mes précédents articles sur le vélo: sur l’émancipation des femmes grâce au vélo , le premier tour du monde féminin à vélo et plus récemment sur les habitudes féministes.

En 2012, le premier film saoudien « Wadjda » est sorti et fut réalisé par une Saoudienne, Haifaa al-Mansour. Etant une amatrice des films du Moyen-Orient, j’ai couru le voir au cinéma dès sa sortie en France!

Bande annonce du film Wadjda

Synopsis

L’histoire se déroule dans la banlieu de Riyad et raconte comment une adolescente de douze ans, Wadjda, va atteindre son rêve: avoir un vélo. On suit cette jeune fille dans ses combines pour atteindre son objectif avec beaucoup d’humilité et d’humour.

Ce qui marque dès le début du film, c’est le fait que les femmes doivent se cacher du regard des hommes. Même dans des lieux « normaux » comme les magasins, la scène où l’on voit la mère de la jeune fille essayer la robe dans les toilettes m’a particulièrement marqué. On apprend à découvrir ce pays à travers les différentes interactions de l’héroïne, qui est une forte tête, avec les différents personnages représentant plus ou moins l’autorité (ses parents, la directrice de l’école, etc). Ce drame touche vraiment tous les aspects de la société saoudienne ( mariage, généalogie, place des hommes et des femmes) et laisse entrevoir une société plus moderne.

Ce qui m’a touché:

  • Malgré tous les interdits de la sociétés et les codes qu’on lui imposait, Wadjda n’a rien lâché et a fait preuve d’une grande persévérance.
    J’aime particulièrement ses répliques quand on lui répète inlassablement qu’elle n’a pas le droit de faire du vélo, en particulier fasse à l’argument de sa mère:

« Les filles ne peuvent pas faire de vélo, ça les empêche d’avoir des enfants »

Wadjda, réplique de la mère
  • Si une partie de la société s’opposait à ce qu’elle puisse avoir un vélo, une autre partie l’a finalement soutenu: son ami Abdallah qui lui a appris à faire du vélo, le vendeur de vélo et sa maman. Si ce film montre un aspect très conservateur du pays, il montre également que les mentalités évoluent, que les gens et les mentalités changent.

« Le vendeur a mis de coté le vélo pour une fille un peu têtue »

Wadjda, réplique de la mère

Impact du film sur la société Saoudienne

Depuis la sortie de ce film, les lois en Arabie Saoudite ont changé, les femmes ont aujourd’hui le droit de faire de la bicyclette, sous certaines conditions :

  • utiliser un vélo à des fins récréatives
  • être vêtues avec pudeur
  • avoir un membre de sa famille de sexe masculin à proximité,
  • ne pas utiliser le vélo pour aller faire les courses,
  • ne pas pédaler là où il peut y avoir « une forte affluence de passants hommes ».

Il existe même une association de vélo 100% féminine.

En espérant que cet article vous aura plu et vous aura donné envie de voire se très beau film. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou retour sur le film.

3 commentaires sur « Arabie Saoudite: Wadjda »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :