Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Quelques réflexions sur les actions féministes qui marchent

Quel est le point commun entre #MeeToo, #lundi14septembre, le Women’s day off (grève des femmes en Islande en 1975) et les suffragettes ?

Certains diront qu’il s’agit de mouvements plus ou moins violents, qui pour certains ont été qualifiés de terroristes. Pour ma part, je pense plutôt que tous ces mouvements ont rassemblé des femmes qui, ensemble, ont revendiqué et défendu leurs droits à la justice et à l’équité. Aujourd’hui je vous propose de partager avec vous mes réflexions autour de ces actions féministes qui ont plutôt bien fonctionné de mon point de vue ainsi que des pistes pour continuer le combat contre le sexisme. N’hésitez pas à m’indiquer en commentaire vos ressentis sur ces associations et votre analyse.

Pourquoi ces mouvements ont-ils si bien marché ?

On s’est tous posé la question : « Mais pourquoi ça fonctionne autant et fait le « buzz »? Pourquoi cette initiative est elle suivit par des milliers de personnes ? » Pour les mouvements modernes utilisant les réseaux sociaux, il y a peu de conclusions de « scientifique » ou spécialiste. On retrouvera la plupart du temps des commentaires indiquant « qu’il est trop tôt » pour effectuer une analyse de l’impact de ces mouvements sur la société.

De mon côté, j’ai la conviction que l’on peut voir quatre points intéressants qui expliquent que ces mouvements féministes ont pris de l’ampleur et ont eu a minima un impact majeur : celui de rassembler les femmes. Je vois quatre conséquences qui sont pour moi vraiment bénéfiques.

La fin du silence et de la solitude

Pour tous les mouvements qui ont fonctionné, les femmes se sont regroupées et ont commencé à parler, à dire les souffrances et violences qu’elles vivaient.

Je pense qu’on peut faire un parallèle avec les pervers narcissiques. La première chose que fait ce genre d’homme lorsqu’il vous a dans le collimateur, c’est de vous isoler. Il fera son possible pour que votre entourage disparaisse et qu’il ne soit plus que votre unique raison de vivre. Et c’est là que commenceront les violences. Vous aurez peur. Vous vous sentirez seule et démunie. Ce qui n’est pas vrai, il y a des gens autour de vous.

Quand une société fait croire à ses femmes qu’elles sont faibles et qu’elles ont besoin d’une protection et soumission à des hommes, c’est que la société ne tourne pas rond. On ne pourra pas continuer à discriminer et brutaliser la moitié de l’humanité.

Pour moi, ces mouvements ont permis aux femmes de parler entre elles, de prendre confiance en elle, de se sentir galvaniser par le groupe. Elles ont pris le courage de dire tout haut les choses qu’elles subissaient et qui devaient être cachées.

Photo de @thiszun (follow me on IG, FB) sur Pexels.com

Pris de conscience de la société

Si les femmes ont réalisé qu’elles n’étaient pas seules et ont commencé à parler, cela a impliqué que la société aussi commence à réfléchir également.

Par exemple, lors du Women day’s off, la quasi-totalité des Islandaises ont fait grève pour revendiquer l’égalité salariale. Leur objectif était  et de montrer que sans elles, le pays n’était plus en mesure de fonctionner, ce qui fut le cas. De nombreuses entreprises ont dû fermer ce jour-là. 

Et oui, les pères devaient s’occuper de leurs enfants pendant que les nounous ou mères manifestaient.

On retrouve cette prise de conscience collective également autour des mouvements #BalanceTonPorc ou  #MeeToo où les comportements des hommes ont commencé à changer suite aux différentes révélations sur les réseaux sociaux.

La peur change de camps

C’est, je crois, l’une des conséquences les plus importantes, pour observer des changements, « les dominants » doivent avoir peur qu’on leur reproche des choses. C’est vrai pour les hommes, mais aussi pour vos chefs au bureau, quel que soit leur genre 😉

Je vais faire un parallèle scientifique, je m’excuse d’avance si cela embrouille certain(e)s d’entre vous. En électromagnétique, il y a un principe que j’aime beaucoup qui dit que lorsqu’il y a un courant électrique, il y a un champ magnétique. Si ce courant varie, les variations des champs magnétiques créés un courant induit qui s’oppose au courant créateur. De la même façon que le courant, le féminisme génère des réactions contraires. Lorsque la peur change de camp, les dominants essaient de se déresponsabiliser et des mouvements tels que #notallmen apparaissent. Je sais que ces mouvements énervent beaucoup de féministes, je les comprends. Mais si les hommes réagissent ainsi, si des mouvements comme celui-là apparaissent c’est que ces hommes ont peur.

En tant que physicienne, voir qu’un courant tente de s’opposer au courant originel, ça ne me dérange pas. C’est le principe de la dynamo ou du moteur. Ces hommes sont dans la crainte et vont faire attention à leurs comportements. Ils vont changer pas du tout au tout on est d’accord. Ils savent qu’ils sont dans le collimateur, alors ils vont commencer à prendre garde à ce qui se passe. Ça va demander du temps et il va falloir que l’on continue de se battre. Mais j’ai la conviction qu’on avance.

Ce que ce mouvement #NotAllMen signifie réellement, c’est que les hommes ne veulent pas être rejetés par la société et qu’ils sont inquiets de plus faire partie de la communauté. Et ils ont raison d’avoir peur, ne plus faire partie du groupe c’est l’exil, c’est terrible pour un être humain que de ne plus appartenir au groupe. Et là, mes amies, c’est ce qui me fait dire qu’on a gagné une victoire, qu’on est dans un système moteur !

En résumé, les mouvements féministes qui marchent regroupent des femmes qui forment un contrepouvoir face aux hommes. Ce contrepouvoir crée chez la gent masculine une peur d’être rejeté par la société et implique un changement des comportements masculins (surtout les comportements toxiques).

Comment aller plus loin ?

La citation « l’union fait la force » n’aura jamais eu autant d’écho chez moi qu’en écrivant cet article. Mesdames, que pouvons-nous faire pour aller plus loin, pour continuer sur notre lancée ?

Former des partis politiques féministes

L’idée n’est pas nouvelle et a déjà été éprouvée en Islande, et oui encore elles ! Ce n’est pas pour rien que l’Islande est n°1 au classement des pays les plus égalitaires !

Le féminisme est souvent associé à d’autres mouvements, comme l’écologie, mais n’a pas de parti politique dédié dans de nombreux pays, ce qui est dommage.

Pour l’écologie par exemple il y a parfois une vision sexuée qui ramène à nouveau les femmes dans de vieux schémas. J’en parle dans mon article sur l’écoféminisme.

Faire dans tous les pays du monde des manifestations énormes

Et si tous les pays faisaient un « Women’s day off » ? Avant toute chose, je vais quand même pousser mon petit coup de gueule. Je trouve que cette année l’absence de médiatisation du mouvement 25/11, la journée internationale contre les violences faites aux femmes, a été INADMISSIBLE.

Il n’y a eu quasiment aucun article en amont dans la presse.  Le jour même de la manifestation, catastrophe le dieu du foot est décédé… Et les milliers de femmes qui meurt tous les jours sous les coups de leurs conjoints, les médias s’en foutent ce n’est pas un footballeur. Et pour finir, les articles après le 25 novembre pour parler du sujet étaient complètement inexistants.

En France, nous sommes 34.67 millions de femmes. 99% des 14-24ans subissent des harcèlements de rue. Une femme sur cinq déclare avoir subi des violences dans le cadre familial d’ordre psychologique, physique ou sexuel avant l’âge de 18 ans. On voit des femmes, comme Cécile Duflot, continuer d’être harcelées (le gars, même après avoir fait un petit tour en prison, il continue…) et pas défendues par la justice.

Je pense qu’en termes de violence on a de quoi descendre dans la rue pour obliger le gouvernement à faire quelque chose non ?

Je rappelle que pour une taxe sur l’essence il n’a fallu que 28 000 gilets jaunes, donc même si la moitié des femmes descendent dans la rue, ça fera un sacré scandale, non ?

Améliorer la communication entre les femmes

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous sont isolées, notamment dans les professions dites masculines (sciences, informatique, secteur bancaire, etc.) Créer des sororités ou des réseaux de femmes qui se soutiennent avec des systèmes de marraines par exemple pourrait aider les jeunes à s’affirmer.  Ça permettrait une meilleure insertion des femmes donc plus d’égalité. Vous trouverez ici un article que j’ai trouvé fort intéressant sur le sujet.

J’espère que mon article ne vous aura pas trop assommé, n’hésitez pas à partager vos impressions, commentaires, idées.

8 commentaires sur « Quelques réflexions sur les actions féministes qui marchent »

  1. Je crois moi aussi beaucoup à la sororité, à l’entre aide entre femmes pour permettre aux mouvements de protestation de s’organiser 👭 j’ai l’impression que nous avançons dans le bon sens, même si ça prend du temps !

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore ! Merci beaucoup ! Continue ! Je crois que quelque chose est en train de naître ou de monter en puissance. On voit de plus en plus de femmes entrepreneuses et des femmes qui souhaitent aider d’autres femmes ! La sororité et le combat continuent !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :