Livres: Témoignages de jeunes femmes parties en voyage seules

Le plus dur quand vous voulez partir seule, ce n’est pas trop l’envie qui vous manque, c’est plutôt la peur de partir qui vous bloque. Pour moi ce qui m’a vraiment aidé et conforté dans mon choix de partir, ce sont les témoignages d’autres jeunes femmes qui, elles aussi, sont parties seules.

Sur internet on trouve beaucoup de filles qui ont fait l’expérience du voyage en solo et qui la partage. C’est vraiment chouette.

Même si internet nous offre énormément de choix et de possibilités entre les blog, les vidéo YouTube, Facebook, etc. Je reste un inconditionnel fan du papier et pour cette raison je vais vous proposer ici deux livres :

  • « Comment voyager seule quand on est petite, blonde et aventureuse » de Katia Astafieff
  • « Petite » de Sarah Gysler

Le premier, je l’ai lu vraiment juste avant de partir seule la première fois. C’était un peu comme pour exorciser mon choix, pour me réconforter et me dire «  Non t’inquiète pas, t’es pas bizarre, tout va bien ce passer tu vas voir ! ».

Le second livre, j’avais déjà fait plusieurs voyages seule et je l’avais choisi par hasard. A priori il était drôle C’était écrit sur la couverture, « révolté et cocasse » pourquoi pas?

« Comment voyager seule quand on est petite, blonde et aventureuse »

Pour le coup je me retrouvais tout particulièrement dans le titre de ce livre, j’étais effectivement petite blonde et aventureuse et j’entreprenais de partir en voyage seule.

Le livre est assez rapide à lire, 211 pages d’anecdotes de l’auteure qui nous raconte avec beaucoup d’humour ses péripéties autour du monde. C’est plutôt bien écrit, ça se lit vraiment très bien et avec un peu de recul, maintenant que j’ai un peu baroudé seule, je partage beaucoup de ses réflexions et remarques.

J’aime particulièrement le chapitre où elle explique sa rencontre avec Liudmila, une Babouchka de St Petersbourg.

C’est un livre rafraîchissant, plein de belles histoires sur le voyage qui peuvent rassurer les personnes qui s’interrogent encore sur leur capacité à partir seule, mais aussi les proches qui se disent « Elle est complètement inconsciente, mais c’est dangereux ! »

« Petite »

Livre très court 158 pages, la première partie est très centrée sur l’histoire personnelle de Sarah, sur ses souffrances et sur ses problèmes familiaux. Disons que quand je lis sur la couverture «  un livre révolté et cocasse » je ne m’attends pas à lire le journal intime de cette fille qui raconte ses problèmes avec ses parents. Autant vous dire que définitivement je ne prendrais plus en compte les avis du Figaro Magazine!

Cocasse par définition c’est quelque chose « Qui est d’une étrangeté comique, qui étonne et fait rire ».
J’avoue ne pas trop voire le côté cocasse, on retrouve encore le préjugé sur le fait qu’une femme qui parte seule c’est étrange. Fou comment avec 5 mots on peut véhiculer autant de préjuger hein?
La première partie est tout sauf drôle. Sarah raconte malheureusement son histoire familiale, où le divorce de ses parents l’a détruite, puis elle décrit ses déboires à l’école etc. Globalement, ce qui est écrit là c’est tout sauf drôle. Et c’est quand même la moitié du bouquin!

La remarque de France TV info  » Un récit percutant, émouvant et instructif » décrit beaucoup plus ce livre.

Néanmoins, ce livre est intéressant car comme pour tout voyage seul, il permet de mettre le doigt sur le « déclic », ce moment où vous comprenez que partir est salutaire.

« Souvent on m’a reproché de fuir.
Peut-être. En même temps, qui resterait dans une barque en feu ? Dans un navire qui sombre ? Je disais sauver ma peau. Eux me croyaient complètement dingue. Ça m’a fait douter, évidemment. J’ai eu peur de faire le mauvais choix »

Sarah Gysler, Petite

Les jeunes femmes et le voyage

Pour conclure, ce que ces deux jeunes femmes ont vécu, et ce que j’ai pu moi même expérimenté c’est qu’ entant que femme et jeune en plus, on nous remettra toujours en question dans nos choix, surtout sur des questions de sécurité.

« Je mesure moins d’1.60m, j’ai du mal à porter un sac à dos de plus de 10 kilos, j’ai généralement le mal de mer et j’ai peur à mobylette. Peut-être est-ce la raison pour laquelle mon entourage me demande sans cesse si je n’ai pas peur… »

Katia Astafieff, Comment voyager seule quand on est petite, blonde et aventureuse

Comme j’ai déjà commencé à en discuté ci dessus, il y a encore aujourd’hui beaucoup de préjuger autour des femmes qui partent seule (je parle plus précisément de ce sujet dans cet article). Et ce que nous témoigne Sarah et Katia c’est qu’il ne faut pas se décourager et y aller !

Faites-vous confiances. Si elles ont réussi, si j’ai réussi à le faire, n’importe qui est capable de le faire. Il suffit juste de croire en soi et de se jeter à l’eau !

En espérant que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, des livres sur le sujet qui vous ont marqué.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :